Une pensée sur “Quand l’Olympique de Genève “parodie” une réunion du CS Interstar

  • octobre 13, 2018 à 7:42
    Permalink

    Il n’y a pas de quoi rire.

    Oser utiliser pareil exemple afin d’illustrer une situation n’ayant aucun lien m’est un choc.
    Dans le monde du sport on se doit de partager le fair play, le respect de l’adversaire ainsi que de bonnes valeurs. Alors minimiser l’horreur de l’histoire, la honte de pareil dictateur pour n’en faire qu’une parodie de vie est exécrable et va à l’encontre du bon sens et du respect sportif.

    On ne peut comparer le sport et la guerre, on ne peut comparer un club et une situation à une rencontre nazie. On ne peut s’identifier à pareille tache afin d’en rire.

    Il y en a trop qui ne peuvent en rire et de loin pas tout le monde à la même capacité du “rire de tout”.
    Mais même, qui le pourrait, rire de cette manière est plutôt une honte et un manque d’humour terrible. Cela, sans tenir compte d’une réalité actuelle dans laquelle ces symboles sont malheureusement réutilisés, avec la même haine et souvent envers les mêmes qu’autrefois.

    On ne rit pas de pareilles choses.
    Il n’y a plus rien “d’olympique” dans cette histoire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code